Claude Côté

Québec

Nombre de projets : 14

Valeur des terres : Selon les évaluations de la valeur des terres que CNC a conservées directement et avec des partenaires. 3 127 550 $

Acres conservés : 1 526

Bénévoles pour l’intendance : 99

CNC protège un milieu humide d’importance nationale près du lac Champlain

CNC

Grâce à l’aide de plusieurs partenaires, dont la Fondation Hydro-Québec pour l’environnement et le Gouvernement du Canada, CNC a acquis une propriété de 390 acres (158 hectares) située dans la tourbière de Venise-Ouest, à Saint-Georges-de-Clarenceville (près du lac Champlain).

Cet important milieu humide, désormais protégé à près de 70 %, se distingue par la grande quantité d’espèces menacées ou vulnérables qui s’y trouvent. La propriété s’ajoutera au territoire de la réserve naturelle de la Tourbière-de-Venise-Ouest, dont une partie est accessible au public.

L’une des espèces floristiques les plus rares et les plus remarquables présentes sur ce territoire est la thélyptère simulatrice, une fougère désignée menacée au Québec. La tourbière abrite près de 10 000 plants, soit la population la plus abondante de cette fougère au Québec. Elle n’a été observée que dans trois autres régions de la province.

CNC a célébré le 10e anniversaire du partenariat établi avec l’Université du Québec à Montréal. La recherche sur les propriétés de CNC contribue à accroître les connaissances communes sur les milieux naturels protégés, les espèces qu’ils abritent et les services écologiques qu’ils fournissent.

Mark Tomalty

CNC a annoncé la protection de plus de 3 km2 d’un habitat essentiel dans les montagnes Vertes du secteur de Sutton, au Québec.

Adjacente à la station de ski Mont Sutton, la propriété achetée des nouveaux propriétaires de cette station demeurera accessible en tout temps aux randonneurs et permettra d’agrandir la réserve naturelle des Montagnes-Vertes, qui s’étend actuellement sur 70 km2.

Située dans les Cantons-de-l’Est, à proximité de Montréal, la propriété s’étend sur le sommet Dos d’Orignal et sur le versant nord-ouest du mont Gagnon. Dix-huit ruisseaux la traversent et constituent une réserve d’eau importante, dont la transparence cristalline permet la survie de la salamandre pourpre, une espèce en péril.

Ce territoire procure un milieu de vie aux mammifères à grand domaine vital tels que l’orignal et le pékan. Il est également couvert d’une forêt ancienne luxuriante. Ce site offrant une vue imprenable demeurera en excellent état, à l’abri du développement.

Des bénévoles prêtent main-forte afin de nettoyer le Refuge naturel Baie-Missisquoi

CNC

En août 2015, des bénévoles pour la conservation dirigés par des employés de CNC ont uni leurs efforts afin de nettoyer le Refuge naturel Baie-Missisquoi, situé près du lac Champlain, dans la localité québécoise de Saint-Armand. Ils ont ainsi contribué à maintenir la qualité du milieu humide et des rives.

Ce refuge est formé d’une zone boisée étroite séparée de la berge par un milieu humide et une bande riveraine, s’étendant tous deux sur environ 500 mètres. Le secteur boisé demeure privé, et les visiteurs ne peuvent habituellement pas y accéder. En revanche, la berge est accessible au public et offre un sentier d’interprétation de la nature muni de panneaux explicatifs.

La journée était divisée en deux segments : en matinée, les bénévoles ont nettoyé les bois de la propriété; en après-midi, ils sont passés à la rive.

Cette activité a permis aux bénévoles de ramasser une montagne d’ordures : plastiques en tout genre, bouteilles de vitre, bidons d’acier et contenants de peinture rouillés, pneus, moquettes, matériaux de construction en métal, cuvettes de porcelaine fracassées et bien d’autres.

La berge de la propriété sert de site de nidification à une espèce menacée, la tortue-molle à épines. C’est le seul endroit où des observations de cette espèce ont été confirmées au Québec. Les tortues femelles y déposent leurs œufs dans le sable en juin. La prédation, l’altération de la rive et certaines activités récréatives comme la navigation motorisée représentent une menace pour la survie de l’espèce.

Au terme d’une journée de dur labeur et de découvertes, les bénévoles ont quitté le site avec un sentiment d’accomplissement et la satisfaction de constater que leurs efforts ont amélioré de façon notable l’environnement du Refuge naturel Baie-Missisquoi.